Team Infinity Index du Forum
 
 
 
Team Infinity Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion
 

La guilde des Illusionnistes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Team Infinity Index du Forum -> Créations -> Fictions
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
 Spammer21
 
  
Hors ligne

 Inscrit le: 29 Mai 2014
 Messages: 12
  Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 狗 Chien

 MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 08:16 (2014)    Sujet du message: La guilde des Illusionnistes Répondre en citant

En faisant "le menage" de mon disque dur, j'ai retrouvé un ancien projet de roman...
a l'epoque, je ne connaissais pas YGO et j'etais fan de ERAGON... je me disais que si C.Paolini avait pu ecrire un truc aussi bien a 17 ans, je pouvais aussi le faire a 15... alors voila le premier chapitre
je précise que le bouquin n'est pas fini et ne le sera jamais, mon style d'ecriture a trop changé pour que je puisse le reprendre



1



 Le fort se dressait sur un a-pic de granit rocheux. Sa façade extérieure, constituée de gros blocs de marbre de plusieurs quintaux, était striée de nombreuses meurtrières. Quatre tours de guet la surmontaient, une à chaque coin. Un poste de gardes précédait le pont-levis qui permettait de pénétrer dans le fort. Ensuite, il fallait encore passer une massive porte de bronze à double battant, puis franchir une grille de fer avant de pénétrer dans la cour dominée par Le Donjon, un bâtiment rectangulaire et tout en hauteur. Là résidait les Gardes Impériaux chargés de la protection du village de Sedia.

 Le soleil se leva dans la cour, éclairant l’aire d’entraînement. Une trentaine de Gardes s’y trouvait, pour la plupart occupés à des duels à l’épée ou au bâton. Adossé au mur du Donjon, l’un d’eux regardait distraitement un duel entre deux sabreurs. S’il était vêtu comme ses camarades d’une cotte de maille en acier sur une tunique de cuir souple, il portait en plus l’écharpe turquoise de la guilde de magiciens officielle de l’empire, l’Ordre des Illusionnistes. Il tenait son sabre à la main et semblait perdu dans des réflexions intérieures.
« Trevor ! »
La voix le fit sursauter. Il se retourna et se retrouva face à un homme entièrement vêtu de cuir sombre. Trevor se redressa et, portant son sabre à l’épaule :
«  Commandant, dit-il.
Il déglutit tandis que le commandant Klein approchait.
- Trevor, dit celui-ci, je croyais vous avoir dit de vous entraîner plus sérieusement !
- C’est exact, mon commandant, répondit Trevor. Mais nous n’avons eu aucune attaque de pillards depuis maintenant six mois.
 Klein s’approcha lentement, jusqu'à ce que son visage fût à moins de trente centimètres de celui de Trevor.  
- Vous êtes peut-être un Illusionniste de talent, Trevor, cracha Klein, mais vous n’êtes pas devin ! L’ennemi peut attaquer n’importe quand !
Trevor recula jusqu'au mur. Klein poursuivit :
 - Vous êtes un de mes hommes, Trevor, et, jusqu'à ce que l’Empereur en décide autrement, vous devez m’obéir au doigt et à l’œil ! ».

Soudain, une cloche sonna, détournant l’attention du commandant. Autour d’eux, les duels s’arrêtèrent, tout le monde se figea. On entendit la cloche sonner trois coups, marquer une pause et recommencer. Klein blêmit :
 « Qu’est ce que je vous disais ! » dit-il, puis, il aboya : « Tous à vos destriers ! »
Immédiatement, tous les Gardes présents se précipitèrent à la recherche de leurs chevaux, laissés libres dans l’enceinte de la forteresse. Trevor ne se donna pas cette peine. Portant deux doigts à ses lèvres, il siffla une longue note dans l’air. Quelques secondes plus tard, Aréion,  son cheval brun terreux, arriva en trombe devant lui. Comme à son habitude, il s’était précipité à la rencontre de son maître dès le premier coup de cloche. Trevor sauta en croupe, puis, espérant qu’il n’y aurait pas trop de monde sur leur chemin, il talonna sa monture. Aréion partit au triple galop, laissant tout juste à son maître le temps de se stabiliser. Trevor savoura un instant la caresse du vent sur son visage, puis dirigea Aréion vers le pont-levis. Il le franchit une fraction de seconde avant que la meute déchaînée des Gardes sur leurs montures ne s’y engage. Une fois dehors, un cavalier se détacha de la mêlée derrière lui et, à une vitesse stupéfiante, passa devant lui pour se placer en tête de la troupe. Trevor grogna de dépit. Aréion était le cheval le plus rapide de toute la région – juste après Foudre, la noire monture du commandant Klein.
 La troupe descendait à vive allure la pente qui allait jusqu'à la vallée quand soudain les coups de cloches s’arrêtèrent. Un peu inquiet, Trevor tissa un charme et l’étendit à l’ensemble du groupe. Les chevaux accélérèrent brusquement, démontant presque leurs cavaliers. La troupe grimpa en trombe une colline. Arrivée en haut, elle eut une vision plongeante sur le village de Sedia et sur la Mer.

 Le village possédait une place centrale, qui constituait son cœur : de la partaient trois routes principales, dessinant les trois quartiers – le quartier résidentiel, le quartier commerçant et le port. La pèche étant l’activité principale du village, il était d’ordinaire très paisible : Peu de pillards étaient enclins à défier les terribles Gardes Impériaux pour quelques brochets.
 
 A force de voir presque chaque jour les horreurs de la Guerre, les Gardes avaient fini par s’habituer aux massacres en tous genres. Pourtant, ils frémirent tous au spectacle auxquels ils assistaient. Un gros trou creusé au beau milieu de la place déversait un torrent de créatures hideuses. La peau grise, un crane nu, des canines saillantes, une gueule démesurée sous un nez épaté, des bras longs et maigres, des doigts courbes et griffus, des jambes musclées, les monstres semblaient sortir tout droit des Enfers. Ils étaient armés de divers instruments, allant de la hache au glaive, et faisaient un carnage parmi les villageois.
 «  Qu’est-ce que c’est que ça ? demanda lentement Marcos, l’un des Gardes.
 - Des Greiis », répondit un autre, Brelan, d’une voix atone.
Tous les Gardes frémirent. Chacun avait entendu parler de ces Monstres venu du Grand Nord, par-delà les montagnes des Goules. Ils vivaient en bande d’une trentaine d’individus, et étaient menés par un Dominant plus grand et plus fort que les autres. C’était des Fouisseurs, le genre de Monstre à se déplacer sous terre. Ils étaient constamment en quête de nouveaux territoires ; Pourtant, ils n’étaient jamais descendus aussi loin. Et toute une escouade de Gardes Impériaux suffisait généralement à peine à contenir une bande de Greiis. Sauf s’ils étaient soutenus par un bon Illusionniste…
 «  Qu’importe ce qu’ils sont, intervint le commandant d’une voix autoritaire, nous devons faire notre travail : Les éliminer. Gardez-en un ou deux pour savoir ce qu’ils viennent faire par ici. Trevor, ajouta-t-il, vous savez quoi faire… ».
Trevor acquiesça et demanda :
 « A quel degré, commandant ?
 - Le maximum ! »
Trevor grimaça tandis que les autres Gardes s’agitaient : Le commandant Klein détestait l’usage de magie et se contentait généralement de demander une Protection des points vitaux. Qu’il demande le maximum de Protection possible avait de quoi inquiéter…surtout que Klein venait lui-même du Grand Nord : il était l’un des rares à avoir vu ce dont les Greiis était capables ! Trevor ferma les yeux, se concentra et étendit les doigts. Une vague d’énergie bleutée en jaillit soudain et enveloppa le petit groupe. Les chevaux renâclèrent : La magie indisposait toujours les animaux. Quand la vague se fut dissipée, Trevor rouvrit les yeux :
 «  Voilà ! Maintenant, nous sommes plus forts, plus rapides, et protégés contre tous les coups ou presque. Mieux vaut quand même se dépêcher, le sort ne tiendra pas longtemps ! » Les Gardes talonnèrent immédiatement leurs chevaux et descendirent le versant de la colline a pleine vitesse. Trevor, lui, mit pied à terre, dégaina son sabre et descendit à pied : Aréion était trop précieux pour qu’il risque de le perdre et il ne pouvait le Protéger, les chevaux comptant parmi les animaux les plus sensibles à la magie. Seuls les sorts mineurs comme celui qu’il avait lancé un peu plus tôt sur la pente étaient tolérés et le Sort de Protection n’en faisait pas partie…

 Trevor venait à peine d’arriver sur le champ de bataille qu’un Greii se précipita vers lui, un glaive au bord dentelé pointée dans sa direction. Usant de l’incroyable force que lui conférait la magie, Trevor attrapa le poignet armé, le fit tournoyer et plongea la terrible lame dans le ventre de son adversaire. Emettant un horrible gargouillement, la créature s’effondra. Trevor raffermit sa prise sur son sabre et entra au cœur de la mêlée.

 Pendant dix minutes, Trevor ferrailla, distribuant des coups à la volée. A un moment un Greii jaillit de terre devant lui et, le prenant par surprise, lui entailla le bras droit. Trevor comprit que le Sort de Protection se dissipait. Tout en parant un deuxième coup, Il se concentra et renforça le Sort. La fatigue qui l’accablait redoubla tandis que le sort reprenait vie. Serrant les dents, il l’oublia pour se concentrer sur le combat.
 
Enfin, les derniers Greiis tombèrent. Brelan vint alors le chercher :
 « Le commandant te demande. »
Trevor acheva de bander son bras blessé et le suivit jusqu'à un arbre planté au beau milieu de la place centrale, tout près du gros trou creusé par les Greiis que des Gardes étaient en train de reboucher. Un Greii y était adossé, trois sabres pointés sur lui. Recroquevillé sur lui-même, il semblait mal en point et grognait de douleur. Klein se tenait en face de lui, bras croisés. Il avait une vilaine coupure à la jambe gauche. Il se tourna vers eux et dit en désignant sa blessure :
« Trevor ! Vous pourriez vous concentrer mieux que ça quand vous tissez vos sorts !
- Désolé, commandant ! Mais c’est difficile quand on n’arrête pas d’entendre des reproches ! »
Klein le regarda sévèrement :
«  Si vous recevez des reproches, c’est que vous les méritez ! Maintenant arrêtez de faire le mariole et examinez-moi ça ! » dit-il en désignant le Greii de sa botte.
Trevor soupira. Il détestait faire cela. Ravalant une réplique acerbe, il se concentra et pausa sa paume sur le front du Greii. Celui-ci tressaillit, puis se mit à gigoter en poussant des grognements plaintifs, qui se transformèrent soudain en un hurlement suraigu. Tous les Gardes se bouchèrent les oreilles tandis que les vitres d’une maison proche éclataient. Soudain, le Greii cessa de hurler. Et de bouger. En grimaçant, Trevor retira sa paume du front du Greii tandis que Klein aboyait :
« Qu’est-ce que ça veut dire ?
- Cela veut dire que les Greiis sont plus proches des animaux que des humains, répondit calmement Trevor, et qu’il n’a pas supporté le contact de la Magie. »
Franck, l’un des Gardes, demanda :
« Quoi ? Attends, ça ne veut pas dire qu’il est… ?
- Si, il est bien mort. »
Trevor avait parlé d’une voix froide. Il était dans la tête et les pensées du Greii lorsque celui-ci était mort. C’était une expérience éprouvante : il avait eu l’impression de mourir avec la créature.
« Avez-vous eu le temps de savoir pourquoi ils étaient descendus aussi loin depuis le Grand Nord ? demanda Klein plus calmement.
Trevor le regarda droit dans les yeux :
- Commandant, je crains que les nouvelles ne soient pas très bonnes – pour ne pas dire franchement mauvaises ! »




 Revenir en haut
 Publicité
 
  

 
 
 

 MessagePosté le: Jeu 19 Juin - 08:16 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
 Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Team Infinity Index du Forum -> Créations -> Fictions Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template SoftLight created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com